06/09/2006

Exposition LES amis de BARBARA

Cobalt international gallery asbl

&

L'association "Les amis de Barbara"

présentent

 

EDITH SMETS

peintures

 

BARBARA

 

05/11/2006 >26/11/2006

Vernissage 04/11 2006 -18h

Cobalt international gallery

Rue Vandernoot 23 b/2 -1080 Bruxelles

GSM : 0476 771 663

 

Mercredi et Vendredi de 16h. à 19h.

Samedi et Dimanche de 13h. à 18h.

 

www.cobaltgallery.be

http://lesamisdebarbara.free.fr

 

 

 

 

Les Amis de Barbara

Maison des Association du 18e – Boîte n°28 – 15, passage de Ramey – 75018 Paris

Association culturelle à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901

Journal Officiel 09/2000 réf. 2141

 

E-mail : lesamisdebarbara@free.fr – Site internet : http://lesamisdebarbara.free.fr

Fichier des adhérents protégé par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés

(CNIL – loi du 06/01/1978) et enregistré sous le n° 715647

 

 

Cobalt International Gallery

Rue Vandernootstaat 23 B/2 – 1080 Bruxelles

 

 

 

 

 

présentent

 

 

 

 

 

Edith SMETS - peintures

 

&

 

Exposition Barbara à Bruxelles 1950-1955
Les Amis de Barbara

Maison des Association du 18e – Boîte n°28 – 15, passage de Ramey – 75018 Paris

Association culturelle à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901

Journal Officiel 09/2000 réf. 2141

 

E-mail : lesamisdebarbara@free.fr – Site internet : http://lesamisdebarbara.free.fr

Fichier des adhérents protégé par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés

(CNIL – loi du 06/01/1978) et enregistré sous le n° 715647

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DOSSIER DE PRESSE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise à jour : juillet 2006

POURQUOI UNE ASSOCIATION AUTOUR DU NOM DE BARBARA ?

 

            Barbara disait n’être pas particulièrement attachée à l’idée d’association ; pourtant elle apporta aide à nombre d’entre elles, discrètement, quand elle croyait aux buts poursuivis.

 

            Barbara n’avait pas besoin de nous pour défendre sa propre image, ses intérêts, ses convictions. Quarante ans de carrière sans même un « fan club » pour une artiste de cette importance, c’est encore un gage d’originalité.

 

            « Les Amis de Barbara » ne sont pas un fan club, mais une association culturelle destinée à aider au rayonnement d’un des plus grands auteurs, compositeurs, interprètes.

 

            Créée en janvier 2000, dans l’émotion qui précéda la première vente aux enchères de ses collections, notre association s’est donnée pour but de « sauvegarder et faire vivre la mémoire de Barbara ».


BARBARA

Paris, 9 juin 1930 – Neuilly-sur-Seine, 24 novembre 1997

 

 

26 novembre 1997

 

Tout ce cirque, ces fards, ces bricoles de pensées et de mots, alors que Barbara…
Il arrivait qu’elle en fît trop – son côté cormoran de marée noire extirpant du mazout ses ailes gluantes… et il suffit qu’elle quitte la scène pour de bon, comme avant-hier, pour que le reste du monde soit envoyé à de la comédie ! Tous des cabots, à côté, des nabots ! Vous n’en trouverez pas trois par siècle, des tribuns, même des forceurs de destin historiques, qui emportent dans la tombe une part de nous-mêmes comme Barbara, d’un simple coup de talon dans sa traîne, d’un seul battement de luette, d’un trille de haute-contre…

Il n’y a de grands que les artistes.

Bertrand POIROT-DELPECH

Membre de l’Académie française

Théâtre d’ombres : journal 1997 (Seuil, 1998)

 

 

QUI ÉTAIT BARBARA ?

 

Une « femme qui chante », ainsi qu’elle aimait elle-même à se définir, mais aussi beaucoup plus que cela.

 

  • Une femme-auteur de premier ordre (plus de 110 textes de chansons) que les éditions Seghers avaient, dès 1968, retenue pour leur collection Chansons d’aujourd’hui, et que les éditions l’Archipel ont consacrée en septembre 2000 par la publication de l’Intégrale de son œuvre écrit.

En 1997, Barbara a préfacé La Voix, du docteur Élisabeth Fresnel-Elbaz, phoniatre (Editions du Rocher).


En 1998, les éditions Fayard ont publié ses Mémoires posthumes : Il était un piano noir.

En mars 2000, aux côtés de deux autres grands du monde de la chanson (Georges Brassens et Léo Ferré), Barbara est entrée dans la Bibliothèque de la Pléiade. Elle figure désormais parmi les plus illustres poètes de cette collection dans l’Anthologie de la poésie : XVIIIe, XIXe, XXe siècles.

 

  • Une femme-compositeur qui non seulement mit en musique la plupart de ses propres textes, mais aussi ceux d’auteurs tels que Jean-Louis Aubert, Jean-Loup Dabadie, Rémo Forlani, Sophie Makhno, Etienne Roda-Gil, François Wertheimer, Luc Plamondon ; de poètes tels Robert Desnos ou Paul Eluard.


Maître d’œuvre du spectacle Lily Passion, manière d’opéra entre conte fantastique et comédie musicale, elle en écrivit la majeure partie des textes et des musiques.

Barbara composa également pour le cinéma : La fiancée du pirate de Nelly Kaplan (1969), Eglantine de Jean-Claude Brialy (1972), La femme rompue de Josée Dayan (1977), d’après le roman de Simone de Beauvoir.


Certains cinéastes ont intégré des chansons de Barbara dans leurs films :
François Ozon (dans Sous le sable : Septembre) ; Cédric Klapisch (Dans Le péril jeune : Ah les voyages) ; Vincent Pérez (dans À fleur de peau : Une petite cantate).

 

  • Une actrice, elle a joué dans les films d’Ivan Govan (Le Toubib, médecin du gang, 1955), de Frédéric Rossif (Aussi loin que l’amour, 1971), Jacques Brel (Franz, 1972), Jean-Claude Brialy (L’oiseau rare, 1973) pour le cinéma et Maurice Béjart (Je suis né à Venise, 1976) pour la télévision.

 

Au théâtre, dans les pièces de Willemetz et du Manoir (Le jeu des dames, 1960) et Rémo Forlani (Madame, 1970, écrite pour elle). Avec Gérard Depardieu, elle interpréta le rôle de Lily Passion, dans la pièce éponyme dont elle écrivit le scénario, les dialogues et la musique (1986).

 

Enfin, outre ses chansons, Barbara a aussi enregistré un texte lu : Lettres à un jeune poète, de Rainer Maria Rilke (1991).

 

  • Une femme de cœur et de combat aux engagements aussi discrets que déterminés en faveur de l’aide :

 

·        à l’enfance malheureuse

·        aux personnes détenues

·        aux malades du sida

 

  • Une personnalité reconnue de son vivant, dont le nom figurait dès les années quatre-vingt dans un grand nombre d’ouvrages de référence : le Who’s who in France, Le Petit Larousse illustré, l’Encyclopédie Bordas, le dictionnaire Robert des noms propres, le Grand Larousse Universel. Barbara fut saluée au lendemain de sa disparition par un long article dans Universalia 1998, publiée par l’Encyclopédie Universalis.

 

DÉCORATIONS ET RÉCOMPENSES

·        Grand prix du disque (1960) et de l’Académie Charles Cros (1965).

·        Grand prix national de la Chanson (1982).

·        Chevalier de la Légion d’Honneur (1988).

·        Croix du Mérite Fédéral et Médaille d’honneur de la ville de Göttingen (1988).

·        Victoires de la Musique (1994 et 1997).

 

PRINCIPAUX SUCCÈS

Dis, quand reviendras-tu ? (1962), Nantes (1963), A mourir pour mourir, Pierre (1964), Le mal de vivre, La solitude, Göttingen, Une petite cantate (1965), Ma plus belle histoire d’amour, La dame brune (1967), Le soleil noir (1968), Moi, j’me balance, L’aigle noir, Drouot (1970), Perlimpinpin (1972), Marienbad (1973), L’homme en habit rouge (1974), Sid’amour à mort (1987).

 


AUTRES

Barbara a collaboré avec les meilleurs musiciens et orchestrateurs de son temps : Marcel Azzola, Joss Basselli, Michel Colombier, Gérard Daguerre, Richard Galliano, Didier Lockwood, Eddy Louiss, Jean Musy, Michel Portal, François Rauber, Roland Romanelli, William Sheller, Jean-Claude Vannier…

 

Divers interprètes ont mis Barbara à leur répertoire : Jean-Louis Aubert, Isabelle Aubret, Marie-Paule Belle, Bénabar, Gérard Berliner, Soledad Bravo, Calogero, Nicole Croisille, Jean-Jacques Debout, Eva, Mylène Farmer, Liane Foly, Jean Guidoni, Humana (chorale), Patricia Kaas, Serge Lama, Catherine Lara, Mouloudji, Jean-Claude Pascal, Florent Pagny, Régine, Catherine Ribeiro, Michel Sardou, William Sheller, Cora Vaucaire… en France, et de nombreux artistes à l’étranger : Allemagne, Canada, Espagne, Israël, Italie, Japon, Pays-Bas, Suède…

 

Une « jeune génération » chante Barbara : Annick Cisaruk, Marie d’Epizon, Anne Peko, Mathieu Rosaz, Sophie Stalport, Enikö Szilágyi, Isabelle Vajra…

 

Le monde de la danse s’est intéressé à Barbara et à son univers musical :

Maurice Béjart, outre pour un téléfilm, a créé le ballet Lumières en réunissant Bach, Brel, Barbara (2001), puis une chorégraphie sur des chansons de Brel et de Barbara ; Mikhaïl Barychnikov au Metropolitan (1986), les Ballets de France ont dansé sur ses chansons.
Depuis 1987, la chorégraphe Catherine Le Cossec présente des spectacles entièrement dédiés à Barbara.

 


ASSOCIATION « LES AMIS DE BARBARA »

 


 

Association culturelle à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901

EXTRAITS DES STATUTS

 

Article 3 : Durée

 

La durée de l’association est illimitée.

 

Article 5 : Objet

 

Cette association a pour objet de sauvegarder et faire vivre la mémoire de Barbara.

 

Article 6 : Moyens

 

Les moyens d’action de l’association sont :

 

  • L’organisation ou l’éventuel soutien de manifestations culturelles et artistiques, ayant trait à Barbara.
  • L’information par l’édition de publications.
  • La gestion d’un fonds documentaire.
  • La création ou l’aide à la création d’un lieu d’expositions.

 

Cette liste n’étant pas exhaustive.

 

Article 9 : Ressources

 

Les ressources de l’association se composent :

 

·        Des cotisations de ses membres.

·        Des sommes perçues en contrepartie des prestations fournies par l’association.

·        Des subventions qui pourraient lui être accordées par l’Etat ou les collectivités publiques.

·        Des revenus de ses biens propres.

·        Et de toutes les autres ressources autorisées par les textes législatifs et réglementaires. Il est tenu une comptabilité des deniers par recette et dépense faisant apparaître annuellement les résultats de l’exercice.

 


MEMBRES


Monsieur Jean-Dominique Brierre, auteur de Barbara, une femme qui chante (Hors Collection, 1998).

Monsieur Marc Chevalier, co-fondateur du cabaret l’Ecluse, auteur des Mémoires d’un cabaret : L’Ecluse (La Découverte, 1987).

Madame Mitsuki Chiba, interprète, directrice du Salon de Musique Barbara à Tokyo.

Monsieur Marcel Imsand, photographe, auteur de nombreux portraits de Barbara.

Monsieur Jack Lang, député, ancien ministre.

Monsieur Philippe Meyer, écrivain, journaliste.

Madame Annie Réval et Monsieur Bernard Réval, auteurs de Barbara, une si belle histoire (France-Empire, 1998).

Monsieur Alain Wodrascka, auteur de Barbara, n’avoir que sa vérité (Didier Carpentier, 2001).

 

 

MEMBRES FONDATEURS

 

Mesdames : Krys Essa, Monique Merle, Dany Morisse, Dominique Pruvot, Jeanne Sudour.

Messieurs : Jean-Claude Clot, Jean-Hubert Duport, Christian Freyburger, Frédéric Longbois, Patrice Markiewicz, Bernard Merle, Valentin Terrer.

 

 

CONSEIL D’ADMINISTRATION 2006

 

Administrateurs : Marie Aviles, Fabienne David, Marie-France Duvillard, Frédéric Longbois, Françoise Nicaise, Edwige Suire, Valentin Terrer.

 

 

BUREAU 2006

 

Présidente : Fabienne David – Vice-président : Valentin Terrer.

Secrétaire : Edwige Suire – Trésorière : Françoise Nicaise.

 

 

SITE INTERNET

 

Déléguée : Marie Aviles.


RÉALISATIONS ET PROJETS

 


 

·        La publication d’un bulletin d’information trimestriel « La Lettre des Amis de Barbara ».
A l’heure actuelle, 26 numéros publiés depuis la création au printemps 2000.

·        L’actualisation permanente d’un site internet consacré à Barbara : http://lesamisdebarbara.free.fr

 

EXPOSITIONS

 

·        Organisation de l’exposition Il était une fois… Barbara, du 5 au 17 novembre 2001, dans la Salle des Fêtes de la Mairie du XVIIe arrondissement de Paris.

·        Organisation de l’exposition Barbara, Femme Piano, du 19 au 28 novembre 2002, dans la Salle des Fêtes de la Mairie du XXe arrondissement de Paris.

·        Participation à l’organisation du Printemps des Poètes 2003 dans le Xe arrondissement de Paris, en partenariat avec Paris-Bibliothèques et la Ville de Paris.

·        Participation au premier festival Sidaction au Puy-Sainte-Réparade (13610) par une exposition : Barbara, sa vie, son œuvre, son combat, présentée du 12 au 19 juillet 2003.

·        Participation au Festival Femmes en voix organisé par la ville de Garges-les-Gonesse (95140), sous forme d’une exposition : Barbara, une femme qui chante à la Bibliothèque municipale.

·        Organisation d’une exposition de peintures, photographies et sculptures à la galerie La Rotonde, Paris XVIIIe, du 2 au 16 octobre 2004.

·        Participation à l’organisation d’une exposition Hommage à Barbara à la Bibliothèque de Béziers, du 10 au 20 juin 2005.

·        Participation à l’exposition : Barbara, la longue route à la médiathèque d’Arcueil, avec les photos de Jocelyne Tépénier et les panneaux de Jean Lapierre, du 23 septembre au 8 octobre 2005.

 

POSES DE PLAQUES COMMÉMORATIVES

 

·        Pose d’une plaque commémorative sur la façade de la maison natale de Barbara, au 6 rue Brochant – Paris XVIIe, le 9 juin 2001.

·        Pose d’une plaque commémorative en partenariat avec le Conseil de quartier Saint-Blaise et la mairie du XXe, 50, rue Vitruve, où vécut Barbara de 1946 à 1959, et manifestations accompagnant cet événement, le 22 juin 2002.

 

RENCONTRES – COLLOQUES

 

·        Organisation de plusieurs soirées-rencontres autour d’artistes interprétant Barbara (Marie-Paule Belle, Anne Peko, Enikö Szilágyi, Valentin…), de biographes ou personnalités l’ayant connue (Jean-Daniel Belfond, Marc Chevalier, Sophie Makhno, Jean-François Fontana, Alain Wodrascka…)

·        Rencontre, à l’initiative de la FNAC Saint-Lazare, autour de notre association, le 29 mai 2001, avec la participation de Bernard Merle, Catherine Le Cossec pour la publication de son livre Barbara, danser vers la lumière, Isabelle Vajra et Frédéric Longbois pour l’animation musicale.

·        Organisation d’une table ronde sur le thème « Et ses chansons nous parlent si nous savons entendre », regroupant deux psychanalystes, Madame Marie-France Castarède et Monsieur Philippe Grimbert, et deux professeurs de lettres : Messieurs Bruno Blanckeman et Joël July à la Bibliothèque Buffon, le 28 juin 2003.

 

                     SOIRÉES À L’OCCASION DE LA FÊTE DE LA MUSIQUE

 

·        Au Square des Batignolles en 2001.

·        Au Bistro Blanc (Paris), avec Yvette Yché en 2002.

·        Avec Paris-Bibliothèques, organisation de la Fête de la musique 2003 à la Bibliothèque Buffon (75005) : projections (Je chante ma vie, de Philippe Kholy ; Barbara au Centre pénitenciaire de Fresnes ; Barbara, douze ans de patience, de André Flédérick,…) et concert de la guitariste classique Valérie Duchâteau La guitare chante Barbara.

·        À l’Hôtel du Nord, le long du canal Saint Martin, avec Sophie Nicolle et son accordéon, en 2004, après un soutien à Frédéric Longbois, dans le cadre d’une matinée organisée par le Théâtre du Palais Royal et présentée par Jacques Pessis.

·        Au restaurant Le Gai Moulin, dans le Marais, en 2005, avec le concours de Hélène Pierre, Marie-Sol, Agnès Collet, le patron Christophe et Valentin.

·        Au restaurant La Bastoche, à Paris, en 2006, avec le concours de Marie-Sol, Frédéric Longbois et Valentin Terrer. Exposition de dessins de Guy Papin et de photographies de Jocelyne Tépénier.

 

 

ACTIONS DIVERSES

 

·        Participation, sous forme d’un soutien de 340 signatures, au rachat par l’État d’un grand nombre d’objets ayant appartenu à Barbara, lors des ventes aux enchères de ses collections, en janvier et juin 2000.

·        Soutien aux manifestations-hommages à Barbara organisées à Nantes, en novembre et décembre 2000.

·        Soutien au projet de la Monnaie de Paris pour la création d’une médaille Barbara, mise en vente en septembre 2001.

·        Collaboration au site Internet Barbara du Hall de la Chanson (www.lehall.com).

·        Participation à l’organisation et membre du jury du Prix Chapeau Bas, décerné, annuellement, depuis 2002 par la Mairie du XXe arrondissement.

·        Participation à l’hommage rendu à Barbara le 8 novembre par la Ville du Blanc-Mesnil, pour les dix ans de son complexe culturel Le Forum, inauguration d’une grande salle Barbara.

·        Soutien à la soirée hommage à Barbara, lors de l’inauguration du Théâtre Essaïon.

·        Collaboration avec Amnesty International – section France pour un hommage à Barbara sur leur site internet.

·        Participation au Festival 2005 de Saint-Marcellin (Isère), par le parrainage de Romain Lemire, lauréat du Prix Chapeau Bas 2004, programmé en première partie de Hubert-Félix Thiefaine.

 

 


ACTIONS DIVERSES

 


 

·        Attribution du nom de Barbara à des rues, des espaces verts, des écoles, des bibliothèques… à Paris, en province et à l’étranger, comme l’ont déjà fait les villes de Nantes, Massy (Allée Barbara), Saint-Marcellin (Square Barbara), Monluçon (Promenade Barbara)… ou Nantes et Précy-sur-Marne (où résidait Barbara), qui se sont inspirées de ses chansons pour dénommer certaines de leurs voies (rue de la Grange-au-Loup, rue de la Petite cantate).

·        Le 5 mai 2003, le maire-adjoint de Toulouse, Monsieur Jean Debold, a dénommé une voie de la ville (ZAC de Fondeyre) du nom de Barbara, sur proposition de notre association.

·        Contacts avec diverses villes de Province pour des expositions dans des médiathèques (Nantes, Vertou, La Rochelle).

·        En collaboration avec la Comédie française, lectures de livres de la bibliothèque de Barbara.

·        Constitution d’un fonds documentaire.

·        Rencontres conférences-débats avec les adhérents en présence d’une personnalité qui viendrait parler de Barbara.


COURRIER DE NOS ADHÉRENTS : Extraits

 


 

Tous nos vœux de succès aux « Amis de Barbara », et amitiés.
Yves Duteil, auteur compositeur interprète

Maire de Précy-sur-Marne

 

J’en profite pour vous féliciter du beau travail que vous menez avec « Les Amis de Barbara ».
Bien à vous.
Jérôme Garcin. Journaliste. Directeur-adjoint du Nouvel Observateur.

 

« J’étais un peu seul avec ma passion pour elle et là, c’est fabuleux, grâce au Net, je vous ai découverts. Je pense que l’on va pouvoir partager pas mal de choses ». (F. L. 33 Cadaujac)

 

« Bien sûr « Madame » nous manque beaucoup mais de se tenir la main, de parler d’elle, nous donne un peu de cette chaleur qu’elle savait si bien nous donner. Merci à vous pour cette chaleur ». (D. M. 07 Boulieu-les-Annonay)

 

« Des gens qui ne se connaissaient pas se sont rencontrés, retrouvés. C’est déjà formidable de tisser ainsi beaucoup d’émotions, souvenirs à partager. Merci Barbara. Merci les amis ». (G. P. 37 Tours)

 

« Les Amis de Barbara », que j’appelle souvent par lapsus les Enfants de Barbara. Quand j’ai su qu’une association se créait, j’ai eu du baume au cœur. Savoir, imaginer que ceux qui ont aimé Barbara et l’aiment encore allaient pouvoir partager, échanger et peut-être créer ». (C. P. 31 Toulouse)

 

Extraits du Livre d’or de l’exposition

« IL ÉTAIT UNE FOIS… BARBARA »

5 – 17 novembre 2001 – Mairie du XVIIe arrondissement

 

« C’est bien sûr « près du Métro Rome » que nous retrouvons, avec tant d’émotion, cette longue dame brune qui nous a tant apporté et tant donné… Bravo pour cette magnifique exposition où l’on retrouve le talent et la générosité de Barbara. Merci à tous ses amis ». (Nathalie Kaufmann, adjointe au Maire du XXe arrondissement, chargée de la culture)

 

« Merci aux « Amis de Barbara » pour cette exposition magnifique qui sera appréciée par les étrangers comme moi-même qui adorent la musique de cette chanteuse formidable ». (Robert Withers, Pays de Galles)

 

« La gorge nouée par l’émotion, un souvenir d’une chanteuse remplie de pureté, humble était Barbara. Félicitations pour cette magnifique exposition ». (X, Montréal, Québec, Canada)

 

« Comme l’aurait dit Montherlant « Encore un instant de bonheur… » A cet être merveilleux que fut Barbara et qui ne nous a pas quittés ». (Léna)

 


 

« Merci pour votre très riche et touchante exposition, merci Barbara ». (Hans Rudestam, Stockolm, Suède)

 

« Bravo pour cette merveilleuse exposition. Barbara continue de vivre en chacun d’entre nous grâce à des actions comme les vôtres. Sincèrement, un grand merci ». (X)

 

Extraits du Livre d’or de l’exposition

« BARBARA, FEMME PIANO »

19 – 28 novembre 2002 – Mairie du XXe arrondissement

 

« La plus belle histoire d’amour, c’est vous, « Les Amis de Barbara », qui nous ont offert cette superbe exposition, très soignée. On est vraiment dans l’atmosphère et la vie de Barbara (…) Merci pour cette évocation. Merci pour ce rêve ». (Sandrine)

 

« Quelle émotion de pouvoir se replonger dans l’univers de Barbara… si fascinante ! On  a l’impression de partager quelque chose d’important avec elle. C’est magique ! Cette exposition, présentée avec tellement de cœur et de tact, ne peut laisser indifférent ». (C. L. M.)

 

« La longue dame brune est plus présente que jamais. Quelle belle leçon d’espoir. Merci Barbara ! » (X)

 

« Une exposition digne de celle consacrée à Yves Montand à l’Hôtel de Ville de Paris ». (X)

 

« Encore plus beau, plus émouvant – si c’est possible – que l’an dernier. Merci à toutes celles et ceux qui ont si bien œuvré. Continuons la route avec elle, « avec tendresse, avec des rires heureux ». (Jean-François Fontana)


EDITH SMETS

 

 


 

            

 

 

Invitation au voyage

 

Edith Smets évolue dans l’expression de l’intimité des choses.  Elle élabore ses peintures en lente maturation, soutenue par des ambiances musicales.  Pour chaque idée, pour chaque instant qu’elle saisit, l’artiste s’amuse à choisir le support.  Quelle dimension pour le cadre ?  Quel tissu tendre ?  Du coton, de la toile de jute, du lin ?  Dans ses carnets de croquis Edith Smets teste la structure et les tonalités de ses peintures.  Elle y dessine la tension entre les parties lisses et les parties plus rugueuses.  Elle choisit ses matériaux entre différents sables, des feuilles d’automne, des papiers de soie…  Comme pour préparer une potion magique, elle travaille les pigments naturels et les huiles pour jouer au mieux de l’harmonie ou de la transparence des couleurs.  Et quand elle estime que la peinture est l’image presque parfaite de l’instant fugace qu’elle exprime, elle signe…

 

 

Il y a quelques années la musique de Barbara (« Perlimpinpin », « L'Aigle Noir », « Mon enfance »  etc.) m'a fort touchée.

Quand en 1997 elle est décédée, je me suis dit qu'un jour je réaliserais quelques peintures inspirées par sa musique. Ce que j'ai eu l'occasion de faire en 2003 et 2004.

 

 

17:49 Écrit par cobalt dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |