29/08/2009

Exposition de Sarah Bourlard & Yeo Shih Yun

 

 

COBALT POUR LES

ALLIAGES

 

Le cobalt, élément chimique 27 est utilisé pour les alliages (et en bombe de temps en temps). Pour sa rentrée de saison, la galerie Cobalt a choisi l’alliage ! Sarah Bourlard qui a fait toutes ses classes chez nous, y vit et y enseigne, est face à Yeo Shih Yun, né à Singapour en 1976, y vit et y expose mais se montre de plus en plus à travers le monde. Leur démarche personnelle témoigne de leur vécu et de leur formation artistique. Pour 

Sarah Bourlard , il y a une formation en arts plastiques développée jusqu’au CAP puis une carrière entre publicité et étude des Arts du Feu à Braine-l’Alleud chez Marien. Elle aime les matières (de la pierre au cuivre) et elle en tire des formes que l’on pourrait qualifier d’abstraites si l’abstrait pouvait se classer quelque part. Pour Sarah Bourlard, tout est dans une sorte de sensibilité particulière, quelque chose qui affleure au bout des doigts, d’où l’aspect dynamique, parfois jusqu’à la violence. Mais l’étude de la céramique et son insertion dans le travail rend les choses plus rondes sans être douces et l’expression se rapproche du métier d’art lorsque celui-ci est pratiqué avec le talent et la technique nécessaire et c’est le cas. Pour  Yeo Shih Yun la formation débute par l’université, parcours classique dans le régime anglo-saxon, maos elle y ajoute le design et un enseignement post-universitaire en peinture à San Francisco(CA). Formation mise à part, l’artiste se laisse emporter et peint d’instinct sur des papiers précieux. Selon une méthode très différente de la base européenne de l’acte de peindre, elle laisse courir le pinceau qui avance en apesanteur et trace des caractères que l’on croirait sacrés. Il y a dans ces choses qui se devinent plus qu’elles ne se voient, une sorte d’élan mystique qui parfois nous suggère une image précise, parfois nous parle du non-dit. De ces deux cultures artistiques, le visiteur retiendra la dynamique ou la sérénité, c’est selon. Je retiens que voir ces deux veines créatrices aux cimaises peut être considéré comme un alliage, une rencontre, mieux, un dialogue dont notre monde a bien besoin.

Anita NARDON

Du 6 au 20/9/2009 – Cobalt International Gallery, rue Vandernoot 23, 1080 Bruxelles – mercredi

et vendredi de 16h à 19h – samedi et dimanche de 13h à 18h

 

DSC00749 [800x600]

 

 

Bruxelles News… c’est vous

Numéro 542 du 28 août 2009

Rédactrice en Chef : Anny Dimelow

08:37 Écrit par cobalt dans art | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.